Questions fréquentes

Vous trouverez sur cette page la réponse aux questions le plus souvent posées au Gisti.

  1. Etes-vous implantés en province ?
  2. Je voudrais adhérer au Gisti. Comment faire ?
  3. J’apprécie ce que vous faites. Je voudrais vous aider.
  4. Peut-on faire un don au Gisti ?
  5. Qu’appelez-vous un correspondant ?
  6. Comment êtes-vous financés ?
  7. Comment le Gisti est-il organisé ?
  8. Comment obtenir des conseils juridiques ?
  9. A quoi correspond le « t » de Gisti ?

Etes-vous implantés en province ?

Le Gisti n’a d’implantation officielle qu’à Paris et n’a pas de sections en province comme peuvent en avoir d’autres organisations. Mais beaucoup de ses membres résident en province et sont ainsi en mesure de prendre ou de proposer des initiatives concernant des mobilisations ou des actions juridiques locales.

Je voudrais adhérer au Gisti. Comment faire ?

Le GISTI n’a pas l’ambition d’être une organisation « de masse ». On n’y adhère pas en versant simplement une cotisation. L’adhésion se fait en général après une période de "compagnonnage" qui peut prendre différentes formes (un stage, des contentieux montés en commun, la participation à des formations, des permanences, des publications ou des mobilisations collectives…) et qui permet de mieux savoir à quelles activités du Gisti on se sent prêt·e à participer.

J’apprécie ce que vous faites. Je voudrais vous aider.

Merci. Pour plus d’informations cliquez sur Aider.

Peut-on faire un don au Gisti ?

Oui, bien sûr. Vous trouverez toutes les indications utiles ici.

Qu’appelez-vous un correspondant ?

Un « correspondant » est une personne ou une organisation abonnée aux publications du Gisti : Cahiers juridiques, Notes pratiques, revue Plein droit, ouvrages de la collection « Penser l’immigration autrement »… Grâce à ces moyens d’information, on peut devenir à son tour un relais d’information sur les droits des immigré·es. Pour plus de détails, cliquez sur Publications.

Comment êtes-vous financés ?

Les ressources du Gisti, dont le budget annuel s’élève à environ sept neuf cent mille euros, proviennent :

  • des cotisations de ses membres et de dons ;
  • de la vente de ses publications et des formations ;
  • de subventions d’organismes privés ainsi que de subventions publiques

Les ressources propres (cotisations et dons, vente de publications, formations) représentent près de 60% de son financement. Pour plus d’informations, consultez cette page ou encore les Bilans annuels.

Comment le Gisti est-il organisé ?

Le Gisti regroupe environ 240 membres. Ils se réunissent une fois par an en assemblée générale. Une réunion mensuelle permet d’échanger des informations, de discuter de l’actualité et des actions et engagements de l’association. Plusieurs listes – soit générales, soit spécifiques à une activité déterminée – permettent de faire circuler l’information au sein de l’association.
Un bureau composé de 12 à 15 personnes, ainsi qu’une équipe de 11 salarié⋅es assurant la mise en oeuvre des orientations générales de l’association et son fonctionnement général.
Par ailleurs des bénévoles, pour la plupart membres du Gisti, conjointement avec des stagiaires (étudiants dans des masters à l’université ou élèves avocats) assurent la permanence juridique en répondant au courrier et aux appels téléphoniques.

Comment obtenir des conseils juridiques ?

Pour tirer le meilleur parti des possibilités d’aide du Gisti, cliquez sur Permanence juridique. Vous pouvez aussi vous reporter à la liste des permanences juridiques tenues par d’autres organisations, à Paris ou ailleurs.

A quoi correspond le « t » de Gisti ?

Chaque organisation a son histoire. Le « T » mystérieux du Gisti témoigne de la sienne. C’est le vestige d’un « travailleurs » qui existait dans le sigle développé de l’association jusqu’en 1996. Le Gisti est né comme « Groupe d’information et de soutien des travailleurs immigrés ». En 1996 la référence aux seuls « travailleurs », qui était à l’évidence obsolète par rapport à la réalité de la migration, a été supprimée. Mais, comme son logo est connu et qu’il se prononce bien, il l’a gardé inchangé. D’où ce « T » fantomatique qui suscite des interrogations.

[retour en haut de page]

Dernier ajout : mercredi 1er décembre 2021, 11:21
URL de cette page : https://www.gisti.org/spip.php?article40